Ce groupe de partenaires rassemblant des acteurs des deux filières, cosmétique et plasturgique, s’est fixé pour objectif de se doter en protocoles spécifiques, simples et économiques, pour gérer les risques toxicologiques contenant/contenu et établir les seuils de tolérance afin de garantir la sécurité sanitaire de leurs produits.

Ce programme représente un véritable enjeu pour la filière cosmétique et requiert la sensibilisation, l’attention et le soutien financier de l’ensemble des membres de la chaîne de valeur, que CosmetoPack a l’intention de fédérer autour d’un projet commun, bénéfique à tous.

La coopération et la mutualisation des expertises permettront en effet d’anticiper les potentielles nouvelles exigences réglementaires, d’élaborer des méthodes d'évaluation de la sécurité dans le but de bénéficier de connaissances nouvelles sur les produits.

A l’issue de ce projet, des formations seront mises en place pour permettre aux fabricants d’être informés des dernières méthodologies d’évaluation des risques toxicologiques dues à la migration.

La philosophie du groupe est la mutualisation des travaux de recherche, pour œuvrer à la définition de protocoles spécifiques, dans le respect de la plus grande confidentialité des informations nécessaires à ce projet.

Berry Bramlage est partenaire, parmi d’autres*, depuis le début du projet Cosmetopack, coordonné par la société ArGil. Nous sommes un acteur de la filière cosmétique à travers plusieurs usines en Europe et nous portons une attention particulière à la sécurité de nos packagings, à la réglementation et à ses différentes évolutions.

On constate depuis une dizaine d’années l’interdiction de certaines matières plastiques (Polycarbonate, POM), pour les applications alimentaires ou cosmétiques, contenant des composés chimiques susceptibles d’interagir avec la santé humaine. Ces recherches sur les interactions entre les composés chimiques du plastique, associées aux effets de migrations de ces composés et le risque sur la santé humaine sont de plus en plus précises et d’autres interdictions sont à prévoir. Ces notifications de composés SVHC sont générés par l’ECHA avec REACH.

Les nouvelles lois sur l’économie circulaire avec l’intégration de matière de PCR dans les emballages est une évolution importante à prendre en compte et va nécessiter le re-design de certains packagings pour être en conformité vis-à-vis des nouvelles réglementations, mais aussi de maîtriser le risque de migration des substances non intentionnellement ajoutées (NIAS) lié à l’incorporation des matières PCR.

Cosmetopack est pour nous un outil important qui va nous permettre de mieux comprendre les risques de migration associés aux plastiques pour les emballages cosmétiques. Nous travaillons avec le Laboratoire National d’Essais pour associer les études de migration et le risque toxicologique associé et nous mutualisons nos efforts de recherche à travers ce groupe de travail. Notre groupe de travail comprend plusieurs acteurs de la filière cosmétique (fournisseurs matières premières et de colorants, transformateurs, marques, fabricants et co-traitants, universités et experts en toxicologie).

100% recyclable et compatible avec les filières de recyclage, allégement et réutilisation des emballages, intégration de PCR, …) et garantissant un niveau de sécurité élevé pour l’utilisateur final. Cela passe par une acquisition de nouvelles connaissances techniques et en final l’élaboration de nouvelles « guidelines » pour la conception de ces nouveaux emballages cosmétiques.

  • ALBEA | APTAR | BERRY Bramlage | Cosmet’ in Lyon | EASTMAN | EQUITOX | LABORATOIRES EXPANSCIENCE | LVMH Parfums & Cosmétiques | Lyondellbasell | MS BEAUTILAB | PRP créations | Texen PSB INDUSTRIE | ITECH | UNIVERSITE LYON 1 | CNRS | ALLIZE PLASTURGIE | PLASTIPOLIS.


Extrait de la revue n° 646 - Mars 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support