Texte AlternatifInvestir dans une ligne complète est synonyme de mise de fonds importante et par conséquent de prise de risques, d'autant plus en cette période marquée par la Covid-19. Néanmoins, certains acteurs de l'agroalimentaire sont plus que jamais décidés à franchir le pas, constate Philippe Gabriel, chef de projet Ligne Automatisée chez Ulma Packaging. «Les spécialistes de la découpe de poulet et autres charcutiers industriels ont plutôt vu leurs ventes grimper pendant les périodes de confinement. Pour ceux qui souhaitent booster leur production ou lancer de nouveaux produits, ce surcroît de trésorerie est un vrai coup de pouce !». Deux cas de figure se présentent alors, poursuit le chef de projet : «soit l'usine possède son propre service d'ingénierie et le mobilise, soit elle recherche un prestataire externe capable de lui proposer une solution clé en main». Au sein d'Ulma Packaging, c'est la division Automatisation (UPA) qui gère ce type de demande. Elle y répond en puisant essentiellement dans le catalogue du groupe, très étoffé en ce qui concerne les quatre principaux types de machines de packaging primaire : thermoformeuses, operculeuses, flowpacks et ensacheuses verticales. Toutefois, s'agissant de fonctions périphériques ou spécifiques telles que le marquage, l'étiquetage, etc., UPA fait appel aux compétences de fournisseurs extérieurs. «Pour le client, le recours direct au constructeur est le meilleur moyen d'assurer la cohérence fonctionnelle de la ligne et ainsi d'optimiser ses performances globales. De même, c'est la solution la plus sûre en termes de SAV», insiste Philippe Gabriel.

Guelt toujours aussi sollicité pour ses «mini-lignes» complètes
Texte AlternatifLes lignes complètes, c’est un peu le cœur de métier de Guelt. Le constructeur breton se définit d’ailleurs à la fois comme un spécialiste et un généraliste, capable de développer des machines sur-mesure et complexes pour conditionner des produits nus à la mise sous carton, en passant par les lignes complètes. «Si nous sommes encore sollicités pour de grosses lignes complètes, la tendance est clairement aux lignes à cadences moyennes. Nous sommes désormais reconnus pour notre savoir-faire sur les «mini-lignes». Nos clients sont à la recherche de modularité et de la flexibilité», commente Eric Le Normand, responsable technique secteur machines d’emballage chez Guelt. A l’instar de la ligne développée pour la start-up de restauration à domicile FoodChéri, les «mini-lignes» de Guelt séduisent par l’intégration de modules à changement automatique de formats, un avantage concurrentiel certain pour gagner en temps et donc en rentabilité. «Si nos «mini-lignes» sont particulièrement appréciées des petits faiseurs, nos gros clients s’y intéressent également car elles nécessitent moins d’opérateurs et servent comme lignes d’appoint pour compléter des commandes de dernière minute ou réaliser de petits lots», ajoute le représentant de Guelt. Au sein de ces «mini-lignes», peut désormais être intégrée la dernière-née du groupe, la THR3 Premium. La nouvelle thermoformeuse, récompensée récemment par deux Oscars de l’Emballage, se présente comme une machine «tout terrain». Première thermoformeuse à changement d’outillage automatique, la THR3 Premium s’adapte à tous les besoins d’emballages personnalisés : typologie de matériau souple ou semi-rigide (incluant de nouveaux matériaux comme le papier, le bioplastique ou le monomatériau), forme de l’emballage, profondeur, avec un changement de format de seulement de 30 secondes. Compacte, la machine est économe en énergie et en consommation de films. Grâce à son encombrement réduit, la THR3 Premium trouve sa place dans une ligne complète avec des stations de dosage, tranchage, pesage, étiquetage, contrôle qualité, étuyage ou encore d’encaissage. «La thermoformeuse bénéficie de nos nombreuses années d’expérience acquises dans le domaine de l’operculage, où le changement de format automatique est désormais répandu», explique Eric Le Normand. Avec ses gammes d’operculeuses Premium et Smart, Guelt a su particulièrement séduire le secteur de la GMS, qui s’est progressivement équipé de petites stations pour emballer sur place des pièces de poissons, de charcuterie, de fromage ou des plats traiteurs. Et où le changement de format automatique prend tout son sens pour réagir rapidement aux besoins d’alimenter les stocks en linéaires. «Cette technologie de changement de format a été plus complexe à déployer sur une thermoformeuse sur le plan mécanisation. Il nous a fallu dix ans de réflexion et cinq ans de mise au point pour lancer la THR3 Premium. Nous nous sommes inspirés de nos operculeuses pour concevoir un seul poste de soudure/découpe sur lequel porte le brevet de la THR3 Premium», indique le responsable technique. Prochaines améliorations en vue : augmenter la profondeur aujourd’hui bridée à 60 mm et améliorer la performance de la THR3 Premium en mode Iziskin® ou sur certains matériaux.

Extrait de la revue n° 653/654 - Décembre 2020/Janvier 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support