Texte Alternatif

En effet, avec la soudure digitale, Sealeaster a conçu un outil unique qui soude les films entre eux en se déplaçant dessus, selon une trajectoire programmée. Elle permet de concevoir et designer des prototypes en seulement trois jours, créer des formes ergonomiques non conventionnelles (écorecharges avec becs verseurs) à base de matières originales et éco responsables (papier contenant de la fibre de pommes, kraft compostable, mono matériaux…). Outre sa souplesse, elle se révèle économe parce qu’elle s’affranchit de tout outillage spécifique, elle réduit la gâche matière (calage simple et rapide) et elle est peu énergivore (seule la tête de soudure chauffe).

Grâce à sa récente levée de fonds de 800 K€ auprès d'investisseurs et de partenaires bancaires, Sealester a procédé, en ce début d’année, à l’acquisition de l’activité emballage de son partenaire historique, l’industriel DeltaNeo. Avec une équipe de dix collaborateurs intégralement reprise et quatre machines principales (façonnage et pose de bouchons), la start-up se dote d’un outil industriel déjà en place pour exploiter toute la puissance de sa technologie et de son savoir-faire en termes de conception et design. L’entreprise peut désormais satisfaire, en plus du sur-mesure, ainsi que des petites et moyennes séries, les demandes de grandes productions.

Sur un marché de l’emballage souple dynamique, Clément Fourmaux, qui emploie désormais 18 collaborateurs (8 fin 2022), prévoit de quadrupler son chiffre d’affaires d’ici fin 2023, pour atteindre près de 2 millions d'euros. Après avoir reçu la confiance du groupe Léa Nature et conclu deux premières affaires à l’international en 2022 (Grande-Bretagne et Finlande), Sealester envisage un développement significatif de son activité hors-frontières, avec notamment la possibilité d’y vendre sa technologie, en plus de ses solutions.

Reproduction interdite sauf accord Ă©crit d'Emballage Digest ou mention du support